Traduction

La Bible en traductions (1)

Publié le 25 septembre 2012

Spécial dossier Info-Bible

La mission de la Société biblique et de l’Alliance biblique est de traduire et diffuser la Bible.
 
Peut-on vraiment traduire la Bible ? Pourquoi y a-t-il tant de traductions ? Quelle est la meilleure ? Traduire est toujours une entreprise risquée. Les « chantiers » de traduction de la Bible durent des années et mobilisent des équipes aux compétences nombreuses et diverses, ainsi que des ressources considérables. De plus, pour la Bible, les enjeux et les attentes de la traduction dépassent ceux des plus grands textes littéraires. Il ne s’agit pas de transmettre seulement des récits et des paroles, mais aussi une Parole. Traduire, c’est faire passer un message d’une langue à une autre. La traduction est donc passage.
 
Elle est aussi rencontre : des traducteurs avec le texte, et des lecteurs avec le texte traduit. Passage et rencontre ne se font pas sans difficulté. Traduire la Bible, c’est affronter ces difficultés de façon spécifique. La Bible est plurielle dans la diversité de ses auteurs, de ses langues, de ses époques de rédaction. Elle est aussi une parce que témoignage du Dieu un et témoignage au Dieu un. Des communautés de croyants ont rassemblé ces textes qui constituent les livres de référence pour leur foi.
 
 
Au commencement, les langues de la Bible

A partir des manuscrits anciens, les spécialistes éditent un texte de référence, en hébreu(et quelques passages en araméen) pour l’Ancien Testament, en grec pour le Nouveau Testament.
Publiés par la Société biblique allemande, la Biblia HebraicaStuttgartensia qui en est à sa 5e édition, et le Novum Testamentum Graece (bientôt la 28e édition) sont utilisés par la plupart des traducteurs dans le monde entier.
Les livres deutérocanoniques (du deuxième canon) sont traduits à partir du grec, langue dans laquelle ils ont été rédigés directement (ou dans laquelle sont parvenus leurs textes complets). L’édition grecque de référence pour les livres deutérocanoniques est la Septante, Septuaginta, éditée aussi par la Société biblique allemande.
 
 

Dire la même chose autrement

La traduction est au service de la rencontre de lecteurs avec un texte. Elle doit donc respecter à la fois le texte d’origine et le lecteur. Chaque langue a son génie propre, sa manière d’organiser les phrases (ou syntaxe), son système de signification, ses particularités d’expression (ou idiomes). Rendre un mot par un mot, une phrase par une phrase ne suffit donc pas pour traduire. Le passage d’une langue à une autre s’opère dans la recherche du sens et de la forme équivalents.
 
Tout texte traduit garde :
 
1/ Une part d’étrangeté : le texte vient d’une autre culture que le lecteur et un « autre » que lui-même y parle.
 
2/ Une part d’interprétation, qui dépend de plusieurs facteurs, comme la pluralité des sens possibles dans le texte-source. La personnalité ou les convictions des traducteurs peuvent intervenir aussi, mais le moins possible dans la mesure où un chantier de traduction est un travail d’équipe.
 
 
Face à l’exigence de rencontre et de respect, deux stratégies de traduction coexistent :
 
1/ La correspondance formelle permet d’amener le plus possible le lecteur au texte dans la langue où il a été écrit, la langue-source. Dans ce cas les traductions suivent au plus près possible l’original et aident le lecteur par des notes spécifiques. Elles comptent aussi sur une culture religieuse et biblique précédant la lecture.
 
TOB 2010 : Jean-Baptiste parut dans le désert, proclamant un baptême de conversion en vue du pardon des péchés. (Marc 1.4)
 
2/ L'équivalence fonctionnelle permet d’amener le plus possible le texte au lecteur en le reformulant dans la syntaxe et les particularités de la langue du lecteur, la langue-cible.
 
BFC : Ainsi Jean-Baptiste parut dans le désert ; il lançait cet appel : Changez de comportement, faites-vous baptiser et Dieu pardonnera vos péchés. (Marc 1.4)
 
Le choix entre correspondance formelle et équivalence fonctionnelle a toujours été présent dans l’histoire de la traduction de la Bible. Il se décline en termes de priorités. Les traductions contemporaines combinent en général les deux dans des proportions diverses. Elles emploient les mêmes méthodes linguistiques que pour les autres textes littéraires.

© Info-Bible, été 2012, ABF

Médias

Faites un don

Faites un don

Associez-vous à nos actions, faites un don

Pour faire un don au tritre de l'impôt sur le revenu, cliquez ici Notre Fondation Bible & Culture est également habilitée à recevoir les dons dans le cadre de l 'ISF

Nos projets en France et à l'international

Découvrez les 5 traductions de la Bible réalisées par l'Alliance biblique française sur Editionsbiblio.fr

La Bible en français courant - Gros caractères
Avec les deutérocanoniques La Bible en français courant - Gros caractères Auteur : Collectif
Prix : 41.00 EUR
La Nouvelle Bible Segond - Edition d
Edition d’étude La Nouvelle Bible Segond - Edition d'étude Auteur : Collectif
Prix : 46.50 EUR
La Sainte Bible « Colombe » Notes intégrales
Segond révisée 1978 (Colombe) La Sainte Bible « Colombe » Notes intégrales Auteur : Collectif
Prix : 30.95 EUR
La Bible Parole de Vie - Standard
Avec les deutérocanoniques La Bible Parole de Vie - Standard Auteur : Collectif
Prix : 13.95 EUR
La Bible TOB - Notes intégrales
Notes intégrales La Bible TOB - Notes intégrales Auteur : Collectif
Prix : 140.00 EUR

Les prières les plus suivies de notre communauté 2ou3.com