Alliance biblique universelle

Alphabétisation

Publié le 05 janvier 2017

Pourquoi une femme illettrée de 60 ans voudrait-elle apprendre à lire ?

« Rebecca, une locutrice du bafut qui vit au Cameroun, n’a appris à lire qu’à l’âge de 60 ans environ. Elle est l’exception à la règle qui veut que les plus de 40 ans ne prennent plus la peine d’apprendre à lire. Son profond désir de lire la Bible par elle-même a été une grande source de motivation et c’est pourquoi elle a fait tous les efforts nécessaires pour acquérir ces compétences. Lire la Bible et interagir avec son message a changé sa vie. »

Cette histoire nous a été rapportée par Ian Cheffy, le conseiller en alphabétisation de la Société internationale de linguistique, durant l’allocution principale qu’il a donnée lors du webinaire sur l’alphabétisation organisé par l’ABU le 8 septembre 2016. Ce webinaire à l’occasion des 50 ans de la Journée internationale de l’alphabétisation de l’UNESCO a réuni 41 représentants de 26 Sociétés bibliques et 5 membres de l’Equipe de mission mondiale.

Ian a poursuivi son récit : « Il y a quelques années, Rebecca, a eu un accident et a souffert d’une fracture grave à la cheville qui n’a pas bien guéri. C’est pourquoi elle doit s’aider d’une canne pour marcher. Selon elle, elle serait morte si elle n’avait pas pu étudier la Parole de Dieu. Pourquoi ? Parce que lire la Bible lui a redonné de l’espoir. Elle a pris conscience que Dieu était présent dans sa souffrance et qu’il pouvait l’aider. Rebecca n’était pas seule : Dieu était là pour elle et cela faisait toute la différence. Grâce à l’alphabétisation, Rebecca a pu entrer en contact avec l’Ecriture d’une manière qui a transformé sa vie. Elle a découvert l’espérance pour son avenir. »

L’alphabétisation au service de l’interaction avec la Bible : un simple slogan ?

Non, puisqu’en réalité, des centaines de personnes dans le monde ont un peu la même histoire que Rebecca. Leur maîtrise de la lecture et donc leur capacité à lire la Parole de Dieu transforme leur vie.

L’alphabétisation en tant que discipline relève des activités fondamentales des Sociétés bibliques, car le fait de pouvoir lire, et de pouvoir lire avec une certaine aisance, est une condition sine qua non pour toute interaction sérieuse avec la traduction de la Parole de Dieu. A quoi bon traduire assidûment l’Ecriture et accorder le plus grand soin à sa publication si bon nombre des personnes pour lesquelles nous publions ces précieux produits bibliques ne savent pas lire ?

Sur l’échelle de l’alphabétisation fonctionnelle comprenant les différents niveaux et compétences, la lecture de la Bible et l’interaction avec l’Ecriture sont sans doute les deux activités qui nécessitent les plus hautes aptitudes.

 

Les cartes suivantes le démontrent :

Les zones d’alphabétisation prioritaires comprennent encore un certain nombre de pays à l’heure actuelle. Sur les 758 millions de personnes officiellement illettrées dans le monde, la région de l’Asie du Sud et de l’Ouest semble être celle dont les besoins en termes d’alphabétisation sont les plus importants, étant donné le nombre très important de personnes ne sachant ni lire, ni écrire.

Cependant, si l’on se base sur le nombre de pays que comportent les zones d’alphabétisation prioritaires, c’est sur l’Afrique qu’il semble falloir mettre l’accent.

Au vu des besoins énormes en matière d’alphabétisation qui existent dans le monde à l’heure actuelle, il est clair que les Sociétés bibliques doivent adopter une approche stratégique pour leur travail d’alphabétisation. 

 

L’ABU a lancé une stratégie d’alphabétisation mondiale en juin 2014 pour orienter les Sociétés bibliques dans leur travail d’alphabétisation pour les 3 à 5 ans à venir. Cette stratégie, qui s’accompagne de sept choix stratégiques, a été l’aboutissement de diverses initiatives mises en œuvre entre 2010 et 2014.

 

Le rapport stratégique est disponible dans son intégralité dans les trois langues officielles de l’ABU.

L’alphabétisation et la traduction : un travail de concert 

L’interaction avec l’Ecriture devrait faire partie intégrante de tous nos programmes d’alphabétisation. De même, nous devrions nous assurer pour tous nos chantiers de traduction qu’il existe une communauté lettrée suffisamment importante pour recevoir et lire les produits bibliques traduits de manière efficace et utile. Si tel n’est pas le cas, nous devons lancer des programmes d’alphabétisation dans la région ou collaborer avec des agences partenaires qui s’emploient justement à cette tâche.

A mesure que nous progressons dans l’accomplissement de la Promesse de Philadelphie, il sera essentiel que l’Alliance biblique universelle

  • reconnaisse l’énorme travail d’alphabétisation qui reste à faire dans le monde à l’heure actuelle ainsi que la gravité de la tâche qui reste à accomplir, notamment dans les zones d’alphabétisation prioritaires ;
  • souligne la relation étroite qui existe entre l’alphabétisation et la traduction et, par là même, le rôle essentiel de l’alphabétisation en matière d’interaction avec la Bible ;
  • prenne sérieusement en considération la baisse très nette du soutien financier accordé au travail d’alphabétisation et prenne les mesures correctives nécessaires et participe activement au travail d’alphabétisation en mobilisant des ressources humaines et le soutien des donateurs.

Il est temps qu’en tant qu’Alliance biblique universelle

nous proclamions d’une seule et même voix que l’alphabétisation n’est pas un simple projet holistique qui implique une valeur ajoutée sociale intéressante : l’alphabétisation est à la base même de nos activités fondamentales, à savoir la traduction de produits bibliques et l’interaction avec l’Ecriture.

Les besoins sont très importants. Priez avec nous pour que des centaines de Rebecca partout dans le monde ne se voient pas refuser un droit de l’Homme fondamental, celui de l’alphabétisation, une compétence qui leur donne également accès à la Parole de Dieu et permet de transformer leur vie !

Or, comment l’invoqueraient-ils, sans avoir cru en lui ? Et comment croiraient-ils en lui, sans l’avoir entendu ? Et comment l’entendraient-ils, si personne ne le proclame ? Rom. 10.14

Bureau de coordination mondiale des actions en faveur de l’alphabétisation

N’hésitez pas à faire appel à nos services si vous avez besoin d’aide pour lancer un programme d’alphabétisation dans votre pays.

Vous pouvez également nous contacter si vous souhaitez savoir où donner au profit de programmes d’alphabétisation existants.

 © Alliance biblique universelle  

Romains 10.14-14 - NBS

14. Comment donc invoqueraient-ils celui en qui ils n'ont pas mis leur foi ? Et comment croiraient-ils en celui qu'ils n'ont pas entendu proclamer ? Et comment entendraient-ils, s'il n'y a personne pour proclamer ?

Faites un don

Faites un don

Associez-vous à nos actions, faites un don

Pour faire un don au tritre de l'impôt sur le revenu, cliquez ici Notre Fondation Bible & Culture est également habilitée à recevoir les dons dans le cadre de l 'ISF

Nos projets en France et à l'international

Découvrez les 5 traductions de la Bible réalisées par l'Alliance biblique française sur Editionsbiblio.fr

La Bible en français courant - Gros caractères
Avec les deutérocanoniques La Bible en français courant - Gros caractères Auteur : Collectif
Prix : 41.00 EUR
La Nouvelle Bible Segond - Edition d
Edition d’étude La Nouvelle Bible Segond - Edition d'étude Auteur : Collectif
Prix : 46.50 EUR
La Sainte Bible « Colombe » Notes intégrales
Segond révisée 1978 (Colombe) La Sainte Bible « Colombe » Notes intégrales Auteur : Collectif
Prix : 30.95 EUR
La Bible Parole de Vie - Standard
Avec les deutérocanoniques La Bible Parole de Vie - Standard Auteur : Collectif
Prix : 13.95 EUR
La Bible TOB - Notes intégrales
Notes intégrales La Bible TOB - Notes intégrales Auteur : Collectif
Prix : 140.00 EUR

Les prières les plus suivies de notre communauté 2ou3.com